Accueil > Les mythes commençant par M > Le mythe de méléagre (ou méléagros)

Le mythe de Méléagre (ou Méléagros)



Un héros étolien

Méléagre est un célèbre héros étolien, qui prit part à l'expédition des Argonautes et à la chasse du sanglier de Calydon. Fils d'Œnée (ou de Mars) et d'Althée, il épousa Cléopâtre, nommée aussi Alcyone, et en eut Polydora.


Méléagre face à la colère de Diane

Suivant la tradition homérique, le roi Œnée faisant un jour des sacrifices à tous les dieux, pour leur rendre grâce de la fertilité de l'année, oublia la seule Diane. La déesse, irritée, envoya un sanglier terrible par sa force et par sa taille, qui ravagea toutes les terres d'Œnée, déracina les arbres, et désola les campagnes. Méléagre assembla de toutes les villes voisines un grand nombre de chasseurs et de chiens, et parvint à tuer le monstre.
La colère de Diane redoubla. Et pour satisfaire sa haine, la déesse excita entre les Étoliens et les Curètes un funeste démêlé pour la hure et la peau de la bête. Méléagre, ayant, dans une sortie, tué quelques-uns des frères de sa mère, Althée, au désespoir, fit contre lui les plus affreuses imprécations, en frappant la terre de ses mains, et en conjurant à genoux Pluton et Proserpine d'envoyer la mort à son fils. La Furie, dit Homère, qui erre dans les airs, et qui a toujours un cœur violent et sanguinaire, entendit ces imprécations du fond des enfers. Cependant Méléagre, irrité de voir sa mère prendre parti contre lui, se retira dans sa demeure, auprès de sa femme Cléopâtre, sans vouloir se laisser fléchir par les supplications des Étoliens, exposés chaque jour aux furieux assauts de leurs ennemis. Les larmes de sa mère et les prières de sa femme le décidèrent enfin à reprendre les armes, et il repoussa les Curètes au moment où ils allaient embraser la ville. Les malédictions d'Althée eurent cependant leur effet: Méléagre ne revint pas du champ de bataille.


La naissance de Méléagre

Les poètes et les mythologues postérieurs à Homère se sont plu à broder la légende de Méléagre. Suivant eux, sept jours après que ce héros fut né, les Parques lui apparurent et prédirent sa grandeur future. Clotho dit qu'il aurait de la vaillance ; Lachésis, qu'il serait doué d'une force extraordinaire, et Atropos, qu'il vivrait autant de temps que durerait un tison qui brûlait alors dans le foyer. Althée éteignit aussitôt ce tison, et le garda soigneusement, afin de conserver la vie à son fils, doué aussi d'invulnérabilité.
Célèbre par son adresse à lancer le javelot, Méléagre gagna le prix, dans ce genre d'exercice, aux jeux donnés en l'honneur d'Acaste. Comme Argonaute, il tua le roi Æétés, qui lui disputait la possession de la toison d'or.


La présence d'Atalante à la chasse du sanglier de Calydon

Un point important à noter dans les mythes qui se rapportent à la chasse du sanglier de Calydon, l'un des plus mémorables événements de l'antiquité héroïque, c'est l'introduction, qui n'a lieu que postérieurement à Homère, de la Diane arcadienne, Atalante, au milieu des chasseurs calydoniens. Œnée ayant accueilli chez lui les guerriers de l'expédition, et les ayant traités pendant neuf jours, le dixième, Céphée et Ancée parurent dédaigner d'aller à la chasse avec une femme. Méléagre, qui avait eu ou eut plus tard d'Atalante un fils nommé Parthénopée, les força d'admettre l'amazone dans leur compagnie. Lorsqu'ils furent tous rassemblés autour du sanglier, Hylée et Ancée furent tués par cet animal. Pélée tua involontairement Eurytion d'un coup de flèche. Atalante blessa la première l'animal d'un coup de flèche dans le dos. Amphiaraüs lui perça ensuite l'œil, et Méléagre le tua enfin en le perçant au côté.
Après en avoir ôté la dépouille, prix promis par Œnée au vainqueur, il la donna à Atalante. Les fils de Thestius, se croyant déshonorés si une femme avait le prix en présence de tant d'hommes, la lui enlevèrent, disant qu'elle leur appartenait par droit de naissance, si Méléagre ne la prenait pas pour lui. Irrité de cela, Méléagre les tua, et rendit la peau du sanglier à son amante. Althée vengea ses frères en brûlant le tison fatal, et la vie de son fils finit avec lui. Suivant d'autres, ce fut Apollon lui-même qui tua Méléagre pendant le combat entre les Curètes et les Étoliens, dont Homère fait mention.


Les représentations de Méléagre

Les monuments antiques nous ont transmis plusieurs suites de représentations figurées relatives à Méléagre, qui y apparaît toujours comme un jeune homme mâle, aux cheveux bouclés, ayant la chlamyde étolienne roulée autour du bras gauche, et pour attribut une tête de sanglier.
Par ailleurs, le fameux sanglier de Calydon (qui n'était qu'une laie blanche, suivant Athénée) est donné par quelques auteurs comme un descendant de la laie de Crommyon. On montrait ses dents à Tégée, dans le temple de Minerve Alée, et l'épieu de Méléagre, dans celui d'Apollon à Sicyone.


Autres mythes :