Accueil > Les mythes commençant par N > Le mythe de nuit (ou nyx ou nox)

Le mythe de Nuit (ou Nyx ou Nox)



Une déesse allégorique

La Nuit est une divinité allégorique qui, suivant Homère, exerce son pouvoir sur les dieux et sur les hommes. Le Sommeil, fuyant un jour la colère de Jupiter, se réfugia dans le sein de la Nuit, et le maître de l'Olympe s'apaisa par égard pour cette déesse.
Dans la Théogonie d'Hésiode, elle appartient au monde primitif comme fille du Chaos et sœur de l'Érèbe, dont elle eut l'Éther et l'Aurore. Elle engendra d'elle-même le Sort, Ker, la Mort, le Sommeil, les Songes, Momus, Oizys (l'Affliction), les Hespérides, les Parques, Némésis, la Fraude, l'Amitié, la Vieillesse, la Discorde.
Hygin la fait naître du Chaos et de Caligo, et les Orphiques la qualifient de fille d'Éros, tandis que d'après Varron l'Érèbe est son père. La Nuit aux noires ailes, dit Aristophane, était au commencement avec le Chaos, le noir Érèbe, et le vaste Tartare. Elle enfanta, dans le sein infini de l'Érèbe un œuf sans germe, d'où, après une longue révolution d'années, naquit l'Amour.


Le culte et les représentations de la Nuit

Cette déesse avait en Grèce des temples et des oracles. On voyait sa statue à Éphèse, ou on lui sacrifiait des brebis noires et des coqs. Le hibou lui était consacré.
Elle était représentée sur le coffre de Cypsélus, tenant entre ses bras deux enfant endormis: l'un blanc, l'autre noir, tous deux avec les pieds crochus (le Sommeil et la Mort). Sur quelques pierres gravées, elle tient un voile au-dessus de sa tête. On lui donne aussi des ailes de chauve-souris et quelquefois elle est précédée d'un enfant portant un flambeau. Les poètes la figurent tantôt ailée, tantôt portée sur un char à deux chevaux, couverte d'un voile, et entourée d'astres. Elle a souvent des pavots pour attribut.


Autres mythes :