Accueil > Les mythes commençant par M > Le mythe de ménélas

Le mythe de Ménélas


Ménélas était le roi de Sparte, et le frère d'Agamemnon. Il était aussi le fils d'Atrée, selon Homère, ou de Plisthène et d'Aéropé, selon Hésiode. Il épousa Hélène, fille de Tyndare.


L'enlèvement d'Hélène par Pâris

Peu d'années après cette union, Pâris, profitant de l'absence de Ménélas alors en Crète, séduisit Hélène, l'enleva et se réfugia avec elle à la cour de Priam. Avant de venger cet attentat par une déclaration de guerre, Ménélas et Ulysse se rendirent en ambassade à Ilion pour redemander l'épouse infidèle. Mais leur voyage resta sans fruit, et leur aurait même été fatal sans l'intervention d'Anténor, qui apaisa le peuple soulevé contre les deux envoyés.
Les deux chefs de retour à Sparte, la guerre fut déclarée. Sur l'ordre de l'oracle d'Apollon Delphien, Ménélas consacra à Minerve Pronoia le collier d'Hélène, et partit ensuite avec la flotte grecque, à la tête de soixante vaisseaux contenant les guerriers de Lacédémone, de Pharis, de Sparté, de Messa, de Brysie, d'Augée, d'Amycles, d'Hélus, de Laas et d'Œtylée.
Protégé par Junon et par Minerve, il déploya le plus grand courage, tua un grand nombre de Troyens, s'offrit même au combat avec Hector, et, avec l'aide d'Antiloque, repoussa le valeureux Énée. D'abord seul, puis aidé d'Ajax le Télamonide, il défendit le corps de Patrocle contre les assauts de l'ennemi, parvint à l'enlever du champ de bataille, et envoya Antiloque porter à Achille la nouvelle de la mort de son ami.


Le combat de Ménélas contre Pâris

Mais c'est surtout son combat avec Pâris qu'Homère s'est plu à décrire en vers magnifiques dans le troisième livre de l'Iliade. D'abord Pâris fuit devant Ménélas. Encouragé par Hector, il revient sur ses pas, et défie son adversaire à un combat singulier, dont Hélène et ses trésors doivent être le prix. Ménélas accepte, et il aurait fait tomber Pâris sous ses coups si Vénus n'avait secouru ce prince. Le vaillant Atride fut ensuite blessé par Pandarus, à l'instigation de Minerve. Mais la déesse dirigea le fer de telle sorte qu'il n'entama la peau que légèrement. La blessure fut bientôt guérie par les soins de Machaon.
Aux jeux funèbres donnés en l'honneur de Patrocle, il prit part aux courses de chars, et se contenta du troisième prix.
Ménélas fut l'un de ceux qui s'enfermèrent dans le cheval de bois. Conduit par Hélène, il pénétra avec Ulysse dans la chambre de Déiphobe, et massacra ce malheureux prince.


Le retour difficile de Ménélas et d'Hélène dans leur patrie

Pardonnant ensuite à son épouse, qui avait versé bien des larmes après son répentir, et dont le cœur nourrissait toujours un tendre désir de revoir son premier mari et ses parents, et Lacédémone, il exhorta les Grecs à lever l'ancre en toute hâte, malgré l'avis contraire d'Agamemnon, qui retint à terre une moitié de l'armée. Nestor, lui et Diomède, mirent à la voile les premiers, et firent route de concert jusqu'à Lesbos. Arrivé en vue de la côte d'Attique, Ménélas perdit son pilote Phrontès.
Il s'arrêta pour l'ensevelir, et avait à peine atteint le promontoire de Malée, que Jupiter déchaîna une furieuse tempête, qui dispersa ses vaisseaux. Les uns furent poussés sur la côte de Crète ; d'autres, au nombre desquels étaient le navire du fils d'Atrée, abordèrent en Égypte. Là, Ménélas amassa beaucoup d'or en visitant les peuples étrangers. Il passa huit années à parcourir Chypre, la Phénicie, l'Egypte, l'Ethiopie, Sidon, le pays des Érembes, et la Lybie, dont les habitants le comblèrent de présents. Une tradition postérieure à Homère dit même que Ménélas régna sur un nome de l'Egypte, qui reçut son nom. Polybe, roi de Thèbes, fit présent au chef fugitif de deux baignoires d'argent, de deux trépieds, et de dix talents d'or. Alcandre, sa femme, donna à Hélène une quenouille d'or avec une corbeille d'argent. L'épouse de Ménélas apprit l'Egyptien aussi, de Polydamna, femme de Thonis, à composer une boisson merveilleuse qui avait la vertu de faire oublier tous les maux.
Après la mort de Canopus, pilote de la flotte, les dieux retinrent Ménélas vingt jours dans le port de l'île de Pharos. Nul vent ne soufflait, et la faim dévorait les Grecs. Sur ces entrefaites, Idothée, fille de Protée, se présenta à l'époux d'Hélène, et lui enseigna un moyen de surprendre le dieu son père, afin qu'il lui enseignât le moyen de retourner dans sa patrie. Le stratagème réussit, et, d'après les ordres de Protée, Ménélas se rendit à l'embouchure du fleuve Égyptus, pour y apaiser les dieux par des hécatombes. Il y éleva aussi un cénotaphe à Agamemnon, dont la science prophétique du dieu-marin lui avait révélé la mort.


La prospérité du couple à Sparte

Ses épreuves étant finies, Ménélas revit enfin son pays. Il y arriva le jour même où Oreste faisait périr Egisthe et Clytemnestre. D'Argos, il gagna Sparte, et y vécut plein de gloire et de richesses, avec Hélène. Les deux époux y accueillirent magnifiquement Télémaque, qui vint leur demander des renseignements sur la destinée de son père.
Ménélas eut d'Hélène une fille, Hermione, et d'une esclave, nommée Piéris, ou Téridaé, un fils: Mégapenthès. On met encore au nombre de ses enfants, Nicostrate, Xénodanus, né d'une nymphe crétoise, Maraphius et Diæthus.
Le vaillant époux d'Hélène fut mis au nombre des âmes heureuses par l'ordre des immortels. Ceux-ci lui accordèrent ce privilège, parce que, comme mari d'Hélène, il était gendre de Jupiter. Une tradition obscure rapporte au contraire que, jeté par les vents sur les côtes de la Tauride, il avait été, ainsi que sa femme, sacrifié à Diane par Iphigénie.
On montrait le tombeau de Ménélas à Thérapné. Cette ville lui avait élevé un temple où on lui rendait les honneurs héroïques.


Autres mythes :