Accueil > Les mythes commençant par B > Le mythe de battus

Le mythe de Battus



Un berger de Pylos

Battus signifie le bègue. C'était un berger de Pylos au service de Nélée. Il vit Mercure dérober les troupeaux d'Apollon, et, moyennant le don de la plus belle des vaches volées, il s'engagea par serment à ne pas trahir le voleur. Cependant le dieu, ne se fiant pas à la discrétion de Battus, revint sous la forme d'un paysan, et pour le tenter, il lui offrit un bœuf et une vache s'il voulait lui dire ce qu'était devenu le troupeau dérobé. Battus céda à l'attrait de la récompense, et dit tout ce qu'il savait. Alors Mercure le changea en un rocher, qui fut appelé le guet de Battus ; ou bien en pierre de touche.
Dans l'hymne homérique à Hermès, c'est un vieillard d'Oncheste qui révèle à Apollon lui-même par qui ses bestiaux ont été dérobés et où ils ont été conduits.


Le fondateur de Cyrène

Battus était un Minyen de l'île de Théra, fondateur de Cyrène en Libye. Il était le fils de Polymneste (de Grinus, suivant Justin) et de Phronime. Son véritable nom était Aristotéiès. Un vice d'élocution (un bégaiement ou un enrouement) qu'il avait de naissance, le fit surnommer Battos. Il alla consulter l'oracle de Delphes sur ce qu'il avait à faire pour se guérir de cette infirmité. L'oracle lui ordonna au nom du dieu d'aller fonder une colonie en Libye. Battus interrogea de nouveau: même réponse.
Cependant, comme il n'en tint compte, des calamités de toutes sortes fondirent sur lui et sur les habitants de Théra. Ceux-ci envoyèrent à leur tour consulter le dieu, qui leur commanda d'aller fonder Cyrène en Libye. Une colonie partit donc de Théra sous la conduite de Battus, et s'établit dans une île voisine de la Libye, où elle fonda Platée.
Le dieu ne fut point encore satisfait ; et d'après ses ordres, ils durent au bout de deux ans transporter sur le continent Libyen, où ils s'établirent en un lieu appelé Aziris. Après avoir passé là six ans, ils émigrèrent de nouveau et s'avancèrent enfin jusqu'à la source de Cyré, source consacrée à Apollon près d'Irasa. Battus y fonda Cyrène où il établit le culte Apollon Carnéien, que les Ægides avaient apporté de Thèbes à Sparte, puis à Théra. Pour la circulation des processions dans les fêtes carnéennes il construisit une voie large et pavée qui allait du temple à la place publique.
Il mourut après un règne prospère de quarante ans, et laissa le sceptre à son fils Arcésilaüs. Un Héroum lui était consacré à Cyrène, sur la place publique. Une statue, ouvrage d'Amphion, lui avait été consacrée à Delphes par les Cyrénéens. Il était représenté sur un char conduit par Cyrène. A côté de lui était Libya (la Libye personnifiée), qui le couronnait. On raconte qu'à son arrivée en Libye, à la vue d'un lion qui s'avançait vers lui, Battus poussa un cri d'épouvante, et que dès lors sa langue se trouva déliée. Ainsi s'accomplit la promesse implicite de l'oracle. Tel devint même l'éclat de sa voix, ajoute la tradition, qu'en l'entendant, les lions épouvantés, s'enfuirent dans le désert.


Autres mythes :