Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de palamède (ou palamédès)

Le mythe de Palamède (ou Palamédès)



Le fils de Nauplius

Palamède est un héros qui fit partie de l'expédition dirigée contre Troie. Il est le fils de Nauplius et de la nymphe Clymène. Les légendes relatives à ce personnage n'appartiennent pas, du moins telles que nous les avons aujourd'hui, à la haute antiquité.
Rapportées d'abord par les poètes cypriens, elles furent développées plus tard dans les poètes tragiques, surtout dans Euripide, et brodées de mille manières par les sophistes, qui firent de Palamède leur type. Suivant ces derniers, il se distingua par mille inventions ingénieuses, parmi lesquelles figurent le calendrier, la monnaie, les poids et mesures, les jeux d'échec et de dés. Habile guerrier, il apprit aux combattants à se former en ordre de bataille. Navigateur audacieux, il explora le littoral de divers pays, et fit part à la Grèce des nouvelles connaissances qu'il avait acquises. Les sophistes attribuaient encore à Palamède des poèmes qui furent supprimés par Agamemnon, l'invention de quelques lettres grecques, et l'explication des éclipses.


Palamède contre Ulysse

Il est facile de voir que ces inventions supposées ont été forgées à plaisir après coup. Les seuls traits qui paraissent appartenir réellement à l'histoire mythologique postérieure à Homère sont la rivalité de Palamède avec Ulysse et sa mort malheureuse. Les auteurs ne s'accordent pas sur la cause de la haine que le fils de Laerte lui portait. Suivant Hygin et Tzetzès, pour s'exempter d'aller à la guerre de Troie, Ulysse contrefit l'insensé, laboura le sable sur le bord de la mer, avec deux bêtes de différente espèce, et y sema du sel. Mais Palamède reconnut la feinte en mettant le petit Télémaque sur la ligne du sillon. Ulysse, ne voulant pas blesser son fils, leva le soc de la charrue et fit connaître par là que sa folie n'était que simulée.
Selon Servius, Ulysse, envoyé en Thrace pour approvisionner l'armée grecque, ne remplit pas son mandat, et, à son retour, fut durement réprimandé par Palamède.
On dit encore qu'Ulysse et Diomède, jaloux de la gloire du fils de Nauplius, concertèrent ensemble les moyens de le perdre, après qu'Achille l'eut choisi pour son lieutenant, dans une expédition contre les villes maritimes des Troyens. Pour cela, ils firent faire par un prisonnier phrygien une lettre supposée, adressée par Priam à Palamède, puis engagèrent un des esclaves de ce dernier à l'enfouir sous le lit de son maître avec une somme d'argent. Le résultat de cette trahison fut que Palamède périt lapidé par les soldats de l'armée grecque. Suivant d'autres, Ulysse et Diomède, feignant d'avoir découvert un trésor dans un puits, y firent descendre leur ennemi, et l'écrasèrent sous une pluie de pierres. Ou bien ils le noyèrent, un jour qu'il était occupé à pêcher. Enfin Darès rapporte que Pâris le tua d'un coup de flèche.
Nauplius vengea la mort de son fils, auquel on éleva un temple sur la côte d'Asie en face de la ville de Méthymne (Lesbos).


Les représentations de Palamède

Polygnote avait représenté Palamède jouant aux dés avec Thersite, dans la Lesché de Delphes.


Autres mythes :